Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

les cyclopotos attaquent les Tian Shan

4 Septembre 2008, 11:53am

Publié par les cyclopotos

Après quelques jours de préparation nous avons décidé d'attaquer la montagne à vélo, pour nous rendre au superbe lac Bolshoe Almatinskoe. C'est un super site au niveau paysager, et bien sûr au niveau ornitho, situé à quelques kilomètres du Kirghizistan. Pour ça on a ressorti les vélos, et on s'est tapé un bon 30 kilomètres d'ascension depuis Almaty. Certaines portions de pistes étaient vraiment difficiles, mais on l'a fait et on n'était pas peu fiers d'arriver au lac, à 2500 mètres d'altitude.



L'avifaune a radicalement changé depuis que nous avons quitté la steppe. Lors de notre pause pique-nique quand nous étions encore à une altitude moyenne nous avons observé nos premiers bruants de Godlewski, en compagnie des nombreux chardonnerets à tête grise et des omniprésents pouillots verdâtres.

Bruant de Godlewski


A quelques kilomètres du lac se trouve un observatoire astronomique à partir duquel nous nous sommes baladés dans les forêts de conifères, les pierriers et les zones de genévriers. Ces zones sont très riches et nous nous sommes rincés les yeux avec les accenteurs à gorge noire, le très commun et remuant pouillot de Hume, le grosbec à ailes blanches, le rougequeue d'Eversmann (pas vu de mâle...), la fauvette de Hume, l'exotique pseudoroitelet de la Reine Sophie... et quelques oiseaux que l'on retrouve chez nous, comme le cassenoix moucheté, le bruant ortolan, le faucon émerillon ou le monticole de roche.

Faucon émerillon


Monticole de roche


Sur le lac niche une espèce mythique pour les ornithos, le Bec-d'Ibis tibétain. Ce limicole atypique se reproduit dans l'embouchure du lac où nous avons pu l'observer. Voilà une photo souvenir de l'oiseau :


A la fin de notre ascension à vélo, nous avons voulu acheter de quoi manger pour les jours qui venaient. Sur l'indication de différentes personnes nous nous sommes rendus dans le hameau près du lac. Pas de bol, y'avait que de la bière et de la vodka à vendre... Pendant qu'on essayait d'imaginer comment nous allions faire pour nous approvisionner, la dame à qui nous nous adressions a pris pitié de nous et nous a invité chez elle. La nuit allait être très froide et elle ne voulait pas nous laisser dormir en tente. Comme d'hab très bonne soirée avec Olga qui travaille ici pour la météo, sa fille Jénia, son beau-fils Stas et le voisin Viktor. Pour la suite nous voulions partir en trekking au Kirghizistan, ce que Olga nous a fortement déconseillé vu notre cas (pas de visa kirghiz). Elle nous a proposé d'occuper un refuge de montagne que elle et ses collègues utilisent, dans une vallée adjacente beaucoup plus tranquille.

Olga notre petite Maman kazakhe, débordante de gentillesse


Quelques jours plus tard nous sommes donc remontés au lac, en stop cette fois, puis nous avons marché jusqu'au refuge. Après une première nuit à la belle étoile en route nous avons atteint le refuge, logé dans un cirque rocheux à plus de 3000 mètres, et entouré de très hauts sommets enneigés.




Nous avons passé deux jours ici, à nous balader à la rencontre des hôtes de ces montagnes. Une fois la limite altitudinale des forêts passée, la faune change encore. On découvre alors les accenteurs de l'Himalaya, les vols de roselins de Hodgson, les rougequeue de Güldenstadt et rougequeue noir semirufus, et les splendides tétraogalles de l'Himalaya qui nous ont gratifié d'un concert magique. On a aussi eu le droit à quelques observations d'hermine et de marmottes (de l'Himalaya ou des steppes ?).

Accenteur de l'Himalaya


Rougequeue de Güldenstadt


Hermine


Quelques images de la montagne...


 



La redescente vers Almaty a été assez difficile, d'abord à cause de l'alternance orage soleil pluie, puis parce que nous ne connaissions pas le chemin. On s'est faits quelques frayeurs sur les pentes abruptes et en suivant les torrents dans les goulets qu'ils creusent, mais nous avons trouvé notre chemin et sommes arrivés à Almaty puants et contents.


Le retour en France s'est effectué en avion, non sans une dernière difficulté, celle de faire passer les vélos dans l'avion. Tout était normalement prévu avec notre compagnie aérienne, mais apparemment les kazakhs d'Air Baltic n'étaient pas au courant. Le mec a fait charger les vélos après avoir demandé 140 euros pour sa poche, ce qui est le prix que l'on devait normalement payer. Forcément on a négocié. Si on doit payer sous la table, alors on paiera moins cher. C'est ce qu'on a fait, mais jusqu'au moment de récupérer nos biens sur le tapis roulant de l'aéroport à Paris, nous ne savions pas si nos vélos avaient ou non été chargés. On ne faisait pas les malins ! Après plus de 5000 km, on ne considère plus nos montures comme des vélos mais plutôt comme nos femmes. Et nos femmes sont bien arrivées, et nous revoilà en France !

Le Kazakhstan nous a vraiment marqué, par la grandeur et la beauté du pays, par ses richesses et sa culture, par la gentillesse des gens. Ce n'est pas impossible que l'on y retourne l'un ou l'autre dans un futur plus ou moins proche. Dasvidania Kazakhstan !

Commenter cet article

remi 21/04/2010 18:22


salut joli voyage pour nory et simon content que votre sejour a kyzyl
orda se soit bien passe. remi mari d'ulzhan


constance 24/04/2009 13:36

salut ! on s'est rencontrés dans cette fameuse montée ! vous nous avez aidé à faire du stop, on y arrivait pas !! supers photos ! je me régale sur votre blog. bonne continuation !