Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Kyzylorda - Chimkent

7 Août 2008, 09:30am

Publié par les cyclopotos

A Kyzylorda nous avons donc été très bien accueillis par Uljhan et sa famille. Ça fait toujours du bien après plusieurs jours de désert d'atterrir dans un foyer et d'y être pouponnés. Au programme de la soirée sauna-douche-piscine, puis repas avec toute la famille, suivi d'une session internet à minuit dans un cyber-café qui ferme à 19h00.

La notion de famille est très différente ici. Les gens se marient très jeunes, ont beaucoup d'enfants, et plusieurs générations vivent sous le même toit. Quand nous avons mange avec toute la famille, étaient présents la babouchka (grand-mère), trois ou quatre de ses filles et un fils ainsi que tous leurs enfants, avec qui on a comme a chaque fois pris la traditionnelle photo (beaucoup de filles !).


  --> On a passé les 4000 bornes !

Après cette pause très agréable nous revoilà dans le désert pour aller a Turkestan, ville "étape culture" pour nous. On veut y visiter un mausolée, réputé plus beau monument du Kazakhstan. Les 3 jours de vélo qui nous séparent de Turkestan ont été les plus chauds. On se levait très tôt pour échapper à la chaleur, et on faisait une pause de 6 ou 7 heures aux heures les plus chaudes, dans les cafés.


A notre arrivée à Turkestan, moins de 5 minutes après s'être installés pour manger et déguster une bonne pression bien méritée, nous avons été accostés par Nourik. Après nous avoir gavés comme des oies il nous a invités chez lui, pour passer la nuit dans sa famille et nous guider le lendemain en ville.
On a passé de très grands moments dans cette ville, comme une soiree en night-club kazakh, ou voir son fils de 7 ans enchaîner les bières de son père et danser comme un diable, mais une chose a été vraiment marquante, au point d'en oublier les autres. Chez Nourik il y avait au mur deux cadres. L'un d'eux contenait deux photos d'un boxeur a l'air serein et au visage juvénile. Sur l'une des photos on le voyait avec une médaille autour du cou. En rentrant dans la piece Nourik nous a montré le cadre tout de suite et nous a presenté le boxeur comme son frère, champion olympique de boxe. On a demandé des précisions a Joni, un jeune qui nous accompagnait et qui parlait anglais. Il nous a répondu avec fierté et respect dans la voix "Son frère Beksat Sattarkhanov, champion olympique de boxe, mort a 20 ans dans un accident de voiture". Douche froide ! On s'est renseignés par la suite, le frère a été sacré champion des poids plume à Sydney en 2000, et est mort quelques mois plus tard la nuit du nouvel an. Le hasard a fait qu'une centaine de kilomètres plus loin, on soit passés devant la pierre commémorative posée à l'endroit où a eu lieu son accident. C'est comme ça ici. Les gens roulent comme des tarés, et quand quelqu'un meurt dans un accident on lui pose une belle pierre qui porte une belle gravure de son visage...


On a eu l'occasion de monter en voiture plusieurs fois avec des kazakhs. Les voitures sont lancées a fond sur les lignes droites plus ou moins larges, puis quand on croise une voiture on retient son souffle, puis on se dit "ça passe...". Les conducteurs sont aussi plus ou moins bourrés, mais on a appris récemment par un copain belge vivant au Kazakhstan que la police veille. Leur alcootest est assez particulier. Tu fais un "puits" avec tes mains, tu prends une carte d'un jeu de carte banal, que tu coinces dans ta main et tu souffles. Le policier prends la carte et la renifle, si elle sent l'alcool on t'emmène faire une piqûre !!! Les vendeurs de pierres tombales s'en frottent les mains !


En sortant de Turkestan nous avons passé une nuit dans un champ de coton près d'un camp ouzbek. Plusieurs familles vivaient de la culture de melons et pastèques, graines de tournesol et de l'élevage. Ils méritent leur petite place ici, car de tous les gens qui nous offrent de quoi manger ou boire à emporter, ils auront été les plus forts. 10 bons gros melons, 2 pains faits maison ouzbeks, un bon pochon de graines de tournesols, et en plus on a refusé la pastèque. On leur a expliqué qu'on n'avait pas de place sur les vélos, ça n'y a rien changé.
Nory avec les hommes :


Quand on traverse un village, il n'est pas rare qu'un cortège de gamins nous escorte avec les moyens du bord. Ils nous accompagnent jusqu'à la sortie du village avant de nous souhaiter bonne route.

gamoinsane

Un grand souvenir aussi, l'arrivée dans l'hôtel a Chimkent ! Hôtel bon marché mais classe, dont l'entrée est dans une galerie marchande, elle aussi classe. On a adoré traverser la galerie en tenue de combat, tous pouilleux et puants qu'on était, puis déballer tous les sacs au milieu de tout le monde.

galerie

Plus on avance maintenant, plus les espèces d'oiseaux deviennent exotiques. Avant Chimkent, les bords de route sont beaucoup plus irrigués pour les cultures, et nous découvrons de nouvelles espèces comme les superbes pies-grièches isabelles et pies-grièches a longue queue. Les rapaces sont surtout representés par les faucons hobereaux très présents et par quelques éperviers a pieds courts.

Pie-grièche isabelle

pgisabelle

Faucon hobereau

hobby
Epervier à pieds courts shikra


et le Rollier d'Europe toujours aussi présent

rollier

Commenter cet article