Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Oural - Atyrau

12 Juillet 2008, 14:20pm

Publié par les cyclopotos

Nos premiers jours de route dans la steppe ont été assez compliqués physiquement et mentalement. La fatigue accumulée pendant nos trois jours de train, les deux heures de décalage horaire et le soleil qui tape fort en sont responsables. On a donc pris notre temps pour faire les 500 km qui nous séparaient d'Атыру (Atyrau). La route est une très longue ligne droite bitumée qui traverse une immense zone de steppe, et qui longe la rivière Oural jusqu'à la mer Caspienne. De notre côté, la route était en Europe, et de l'autre côté de l'Oural, c'était l'Asie !


route-steppe.jpg

nory-velos
Le paysage est magnifique, mais monotone. On croirait pédaler sur un vélo d'appartement devant une photo géante de steppe, avec le radiateur allumé à fond au dessus de la tête, ou un ventilateur puissant toujours positionné face à nous. On se réveille le matin, on pédale 4 ou 5 heures, et on se couche au même endroit le soir en ayant fait 80 bornes. On apprécie quand même beaucoup, ca nous change vraiment de ce qu'on a pu voir au cours des deux mois précédents.
On a eu le droit à nos premiers chameaux, impressionnants ! On savoure aussi les couchers de soleil sur la steppe.
 

camelou


Pour le ravitaillement on ne rencontre pas de difficultés pour l'instant. Nous croisons des villages tous les 20 km, des villes (gros villages) tous les 60 km, et des grosses villes tous les 500 km. A chaque pause dans un village, c'est l'effervescence. On crée des attroupements de curieux. Les kazakhs sont des maniaques de l'appareil photo. Ils adorent nous photographier ou se faire photographier. On y a le droit à longueur de journée, seuls ou accompagnés. On a même signé des autographes !

voila ce que ça peut donner :


Le Kazakhstan a une petite partie de territoire située en Europe, et c'est pourquoi l'équipe de foot nationale participe depuis 2001 aux éliminatoires de la Coupe d'Europe, mais sans jamais accéder aux phases finales pour l'instant. Les kazakhs gardent gravée dans leur mémoire la victoire historique contre la Belgique 2-0. Daniel, un russe qui nous a hébergés, nous en a fièrement fait part.

Les villages sont posés au milieu de la steppe, complètement paumés. Ils sont bordéliques, avec leurs pistes défoncées et les canalisations de gaz aériennes. Les maisons sont faites en terre. Chaque fois que l'on rentre dans un de ces villages, on se croirait être les premiers étrangers à y venir. Drôle de sensation.


villagekazakh2
Pour une fois la police ne nous pose pas de problèmes. Quand on se fait arrêter, c'est juste pour demander d'où on vient et où on va, par curiosité. Ils nous demandent des fois si on a nos passeports, et si ils sont en règle, sans vérifier. Une fois, un policier nous a même arrêtés, puis en partant nous a lance un ''No Pasaran. Da vai'' accompagné d'un grand sourire. Ça nous change.

Un des grands moments de ces 8 jours a été notre rencontre avec Leonid, dans un abri bus au milieu de la steppe. C'est un voyageur, mais pas comme les autres. Même nous qui sommes quand même de bons voyageurs a l'arrache avons été complètement ébahis par ce qu'il fait. Ce gars est ukrainien, et il est parti de Kiev pour rallier Pékin, en pédalo ! Il s'est bricolé un engin terrible (le Pingouin), en rajoutant des roues sur une base de pédalo. 4 vitesses, siège inclinable qui sert de lit, coin cuisine, capote rabattable par dessus, et rames... Un forcené du voyage, avec un cv déjà très chargé. Respect Leonid !

leonid
et on a tape les 3000 bornes ! Admirez au passage les jolies casquettes que nous a offert un kazakh qui a eu peur que le soleil ait raison de nos têtes.

Commenter cet article