Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En route vers la Crimée

30 Juin 2008, 15:18pm

Publié par les cyclopotos

Les visas sont lancés, notre objectif est maintenant de rejoindre la Crimée, cette presqu'île ukrainienne aux paysages très différents de ce qu'on a pu voir jusqu'à maintenant en Ukraine. Pour cela on traversé encore quelques centaines de kilomètres de champs de blé, avec parfois des constructions soviétiques démesurées au milieu de nulle part.


Les rencontres "poussées" sont très rares, les ukrainiens ne s'ouvrent pas facilement, sauf quand ils sont bourrés, et malheureusement ils le sont trop souvent. Dès le matin partout en ville ou ailleurs les hommes ont à la main une bouteille de bière. Après la Roumanie nous ne nous étions pas encore faits inviter, on a décidé de forcer le destin en adoptant le principe de l'émission "J'irai dormir chez vous". C'est comme ça qu'a Kherson nous avons pu être hébergés chez Yura et sa mère pour une soirée, dans leur petite maison. Ils parlaient espagnol, ce qui n'est vraiment pas courant dans le coin. On a goûté a plusieurs spécialités locales, comme le borsch, une soupe à la viande excellente.


En quittant la ville le lendemain la pluie nous est tombée dessus, et on a pu se rendre compte qu'un des jeux préférés des conducteurs est d'arroser les cyclistes, on a pris cher. On a beaucoup rigolé quand on a vu que par endroits l'eau ne s'évacuait que très mal, ce qui donnait des scènes assez surréalistes pour une simple pluie. Des véhicules étaient immobilisés dans l'eau, des magasins inaccessibles, et les piétons avaient parfois de l'eau jusqu'aux genoux.


Rapidement on a passé les 2000 kilomètres, un peu avant la Crimée. Nos journées de vélo varient entre 75 et 100 kilomètres, et on a établi un nouveau record de distance en une journée, 124 kilomètres.

Les villages croisés sont tous semblables, perdus au milieu des champs et construits de petites maisons grises, sans âme, avec un grand bâtiment soviétique au milieu et une statue de Lénine. Les rencontres y sont parfois marrantes, comme cette petite vieille qui nous a fait essayer son vélo, et  qui, au milieu de son baragouin russe nous a demandé en français si on venait "chercher les femmes".



Juste avant d'atteindre la Crimée nous avons eu nos premiers paysages de steppe, avec beaucoup plus d'oiseaux. En quelques kilomètres nous avons rattrapé tous nos jours ornithos de retard a pédaler dans le blé : busards pâles, buse féroce, oedicnème criard, rolliers et guêpiers d'Europe, faucons kobez, centaines de goélands railleurs... et toujours les omniprésents goélands pontiques, de toutes les formes et de toutes les couleurs.



Commenter cet article