Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

la Transylvanie

16 Mai 2008, 13:24pm

Publié par les cyclopotos

Nous sommes entrés depuis plusieurs jours en Transylvanie, région mythique de Roumanie, chargée d'Histoire et de belles légendes. C'est aussi un sacré coin pour le naturaliste.

Après avoir quitté Cluj, la roue de Nory reparée, nous nous sommes rendus a Tureni, petite ville a côté de laquelle s'étendent plusieurs gorges. Nous avons rencontré dès le premier soir Tomi et Roxana, un couple d'étudiants roumains avec qui on a sympathisé, et qui nous ont invités à passer la nuit chez un de leurs amis, Puskin, graphiste à Cluj. Après un accueil très chaleureux on s'est tout de suite mis aux spécialités locales. En boissons on a eu droit à la Palinca (encore une eau de vie bien comme on les aime). A les écouter, la Tuica est un ersatz de Palinca. Un petit peu chauvins les Transylvaniens... Faut quand même reconnaître que ça fait des trous dans les chaussettes et que c'est très fruité, on en redemande ! On a bu cela accompagné de fromage de chèvre local et de lard, un aliment qui a une grande place dans leur alimentation.


On a aussi eu le droit au jus de choux, juste pour goûter, ça passe beaucoup moins bien... La curiosité se paye cash des fois. On a passe deux supers soirées avec eux, ainsi qu'une belle journée a se balader dans les gorges de Cheia. Pour nous rendre sur place, rien de mieux que le stop en calèche. Il suffit d'avoir une bouteille de bière, et c'est parti pour la balade ! Il y a de vrais pros de la conduite de calèche, ils la manient avec une aisance déconcertante. Ça a l'air super facile quand on les voit faire. Cheia Turzii est une pseudo réserve naturelle où il faut payer un droit d'entrée pour observer de magnifiques gorges au fond desquelles serpente un ruisseau jonché de saletés. Chaque falaise est assaillie par des grimpeurs... Ça n'empêche pas l'aigle royal de nicher au milieu, et on pourra aussi s'essayer a grimper une paroi avec Tomi, bon grimpeur.




On a fait les touristes une journée à Sighisoara, une des plus belles villes de Transylvanie, sur les conseils de nos potes roumains. La vieille ville abrite de nombreux monuments à grande valeur historique, et aussi de nombreux hôtels, magasins de souvenirs et des touristes qui vont avec. Ça manque cruellement de roumains a notre goût, mais on en profite quand même. On a vu la maison qui a vu grandir Vlad Tepes alias Dracula, ou encore l'Empaleur, juste à droite en orange sur la photo.



On prend ensuite la route de Rotbav, au nord de Brasov, pour aller observer sur des étangs de pisciculture. Le site est très moyen, on retiendra les aigles pomarins qui cerclent au-dessus de la tente le matin, et les rousseroles turdoïdes qui sont très communes partout où il y a des touffes de roseaux.


Pour ceux qui souhaitent voir autre chose que des photos d'oiseaux d'Auvergne, il va falloir patienter un peu. Pour l'instant on pédale beaucoup, et on passe assez peu de temps a spotter. On préfère se rincer l'oeil que faire chauffer l'appareil photo. On entre bientôt dans la Dobrogea et le delta du Danube, pour les oiseaux exotiques ça devrait pas tarder ;-) On prend plus régulièrement le train maintenant, pour avoir plus de temps sur les sites intéressants et pour éviter les grosses routes dangereuses et la montagne. Le train est toujours aussi folklorique, on apprécie la cfr, leur sncf.

La route à vélo est très agréable, les paysages splendides, mais on se plante souvent dans l'orientation. On pense souvent a tous ceux qui nous ont conseillé de prendre un GPS... En suivant la carte et les indications des gens on se retrouve des fois dans des chemins boueux pentus, a faire des descentes très sportives, ou sur des pistes absentes de notre carte. Éprouvant pour le matos. Les roumains adorent nous indiquer la route, ils s'y mettent souvent a 4 ou 5 en même temps, le resultat est rarement garanti. Et comme on est è vélo, ils n'hésitent pas a nous diriger vers des chemins minuscules.



La campagne nous donne quand meme l'occasion de faire de belles obs de pies-grieches grises (photo), écorcheurs ou à poitrine rose en pagaille.


Et de bergeronette printanières avec déjà de belles variations de plumage, et des oiseaux au cri similaire a celui de la sous-espèce feldegg. C'est encore mieux que le rubikube. Ici un oiseau qui ressemble à dombrowskii avec sourcil et gorge jaune, et nuque verdâtre...



Pour dormir on se trouve des coins bien sympas, comme ici au pied d'une falaise où niche l'aigle royal.



On a dépassé la barre des 500 km depuis quelques jours, ça fait plaisir. On écrit aujourd'hui de Sinaia, ville perchée dans les Carpates, station de ski. C'est un haut-lieu touristique et surtout naturaliste. On est hébergés dans une pension qui accueille tous les ornithos francais de passage, la pension Floare de Colt (conseillée par le rapport de Matthieu). On n'est pas déçus. La proprio, Lucia, est adorable et parle tres bien français. C'est notre petite maman roumaine, aussi business-woman de haut vol. A peine arrivés, la Tsuica était posée sur la table et on a pu se mettre en jambes pour l'activité du soir : traque de l'ours. Le spot indique dans les différents rapports naturalistes, la Taverna Sarbuili, est fermé. Il y a eu des problèmes l'an dernier quand une touriste américaine s'est faite manger... Pas découragés pour autant, on prend les vélos et une bombe de poivre prêtée par Lucia pour se rendre a l'hôtel alpin sur ses conseils, et c'est parti pour 8 km de côte... Une heure pour arriver sur le site, crevés, et on découvre de grands bâtiments peuplés de touristes et de chiens agressifs (ils n'ont pas appris a faire la différence entre un ours et un vélo). Le site n'est visiblement pas idéal pour observer l'ours, mais je réussi quand même a en voir un quelques secondes traverser une piste de ski a 100 mètres de nous, avant de rebrousser chemin, poursuivi par plusieurs chiens de la station. Il allait apparemment passer assez près de nous. C'est vraiment un gros bestiau, très véloce. Hyper impressionnant de voir un animal pareil débarquer quand on ne s'y attend pas du tout ! Le coeur est parti a mille a l'heure. Je n'ai pas été mécontent de voir les chiens le faire changer d'avis. Nory n'a pas eu la chance de le voir. Nory n'a pas eu de chance du tout d'ailleurs, il a passé une soirée particulière. A peine arrivés à la station un chien lui a chiqué le mollet généreusement, il n'a pas vu l'ours, et s'est ramassé en beauté dans la descente au retour... Ça le propulse par la même loin en tête du concours gamelles : 3 a 1. On retentera peut être notre chance avec l'ours ce soir, Lucia pourra peut-être nous emmener en balade en voiture.

Ce matin nous avons visité les alentours du château de Peles, spot réputé pour les promeneurs de jumelles. La forêt est magnifique, au bout de quelques centaines de mètres on était complètement immergés dedans, loin du flot de touristes, et on a pu observer les gobemouches à collier et nain, ainsi qu'une chouette de l'Oural. Ça se savoure en pleine journée !

Dans l'ensemble les vélos tiennent très bien la route, la remorque un peu moins. Tout le monde bloque dessus quand on passe dans un bled. J'ai finalement baptisé ma monture le Vélo Syrrhaptor, un vrai bouffeur d'asphalte... (pour les non-ornithos, jeu de mots avec le nom d'un oiseau qu'on espère croiser dans quelques mois au Kazakhstan, le Syrrhapte paradoxal)

Commenter cet article

lucienne 17/06/2008 15:02

Nous nous sommes rencontrées quelquepart dans les allentours de Constanta, et vous nous aviez raconter l'histore du vol de vos vélo's...vous etiez si je me rappelle bien a votre 1000 ième km.
Moi-mëme je suis de retour a la maison, et je fais l'histore de notre voyage sur mon site (domage pour vous en Néerlandais, mes vous pouvez voir les photo's). J'ai mis votre site dans l'histoire , et c'est ainsi que je suis arriveé ici.
Je vous souhaites encore de belles aventures et des souvenirs inoubliables.
Lucienne

MARTINE VERRIER 16/06/2008 21:25

du coup c'est trop drôle, le miracle est arrivé, il y a deux messages...bisous Martine

MARTINE VERRIER 16/06/2008 21:18

bonjour Simon et Nory, depuis le début de votre aventure j'essaie sans succès de vous envoyer un petit message, je ne sais pas si celà par miracle va passer. En tout cas je pense bien à vous, j'espère que tout va pour le mieux pour vous dans ce fantastique voyage. Vous me donnez à chaque lecture du plaisir et Simon sait à quel point c'est important pour moi en ce moment, je vous embrasse et pense fort à vous , bisous Martine

MARTINE VERRIER 16/06/2008 21:18

bonjour Simon et Nory, depuis le début de votre aventure j'essaie sans succès de vous envoyer un petit message, je ne sais pas si celà par miracle va passer. En tout cas je pense bien à vous, j'espère que tout va pour le mieux pour vous dans ce fantastique voyage. Vous me donnez à chaque lecture du plaisir et Simon sait à quel point c'est important pour moi en ce moment, je vous embrasse et pense fort à vous , bisous Martine

seb 18/05/2008 12:20

Good Luck les gars,
ça y est, vous êtes de vrais ornithos warriors ! aprés quelques morsures, quelques sueurs froides, quelques gadins, quelques cuites... vous êtes toujours sur les rails et le meilleur reste à venir ! Soutien spécial pour Nory, mister chcoumoune ;-)
Attention ! be careful to the drinks ! les digestifs acides et autres alcools à vous brûler la langue, pas trop pendant la journée, manquerait plus que les obs' deviennent vite surréalistes... genre un ours qui traverse un chemin ;-)
Profitez à fond de chaque instant les veinards,
Seb