Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Roumanie

9 Mai 2008, 09:52am

Publié par les cyclopotos

Notre passage en Roumanie s'est effectué après une petite session amphibiens dans une mare à quelques kilomètres de la frontière. Les profanes que nous sommes n'ont pu profiter pleinement du potentiel du site, mais on a quand même pu se faire plaisir avec la découverte de sonneurs a ventre de feu.

sonneur-a-ventre-de-feu



Une fois la frontière passée, la transition est radicale, aussi bien au niveau culturel qu'au niveau paysager. On traverse la première grande ville roumaine, Oradea. Un vrai cauchemar ! Partout les voyageurs à vélo sont respectés, sauf en ville en Roumanie. On s'est fait quelques belles frayeurs, notamment quand un bus nous a doublé dans un virage en descente rapide, en nous serrant contre le trottoir. On pouvait le toucher du coude...

Le passage à la campagne a été apprécié. En franchissant une colline on se retrouve au milieu de champs interminables bordés d`immenses haies. Un coup de jumelles donne presque a coup sur loriots, fauvettes épervière ou babillarde, pies-grièches écorcheurs ou à poitrine rose...


campagneroumaine

villageroumain


Les cochevis huppés sont toujours aussi communs.

cochevis


Beaucoup de tariers pâtres, quelques tariers des prés

tarierdespres



La transition est aussi brutale au niveau de la route. Quand elle est présente elle est parsemée de nids de poules, sinon on ne trouve que des pistes. Notre moyenne kilométrique en prend un coup quand on y rajoute le relief. Des 60 km avalés en un après-midi en Hongrie, on passe a des journées a 50 en Roumanie, en en sortant épuisés. Les indications sont quasiment inexistantes sur les routes, on s'est plusieurs fois égarés à cause de ça. Le premier jour ça nous a valu une belle rencontre quand nous nous sommes faits inviter a partager une bière par deux roumains attablés devant un café. On a bien apprécié la bière locale Ursus, puis très vite une petite gnôle maison est sortie de dessous les fagots. C'est la fameuse Tuica, gnôle de prune tres appréciable. Pavele, un petit vieux avec qui on a passé un joyeux moment, a lui aussi bien arrosé la rencontre, et a eu du mal à nous laisser partir. De toutes façons on n'est pas allés bien loin, vu notre état... Boire ou conduire, il faut choisir.

caferoum
pavele


L'accueil dans les villages est très chaleureux, tout le monde nous salue. Les ambiances de la campagne roumaine sont terribles. On assiste à de belles scènes, comme pendant une pause dans une clairière paumée au milieu d'une hêtraie. Pendant qu'un petit vieux roupillait à côté de son cheval près de nous, un tracteur est passé sur la piste, tirant une remorque où étaient assises femmes et enfants, avec un poste qui diffusait de la musique tzigane. On est au milieu d'un film d'Emir Kusturica !

Nous avons aussi eu le droit à notre premier pépin mécanique, qui nous vaut un retour anticipé vers la ville. Un des rayons de la roue arrière de Nory a cassé, côté dérailleur... On n'a pas le matériel pour réparer, donc on a été obligés de partir en train vers la grande ville la plus proche, Cluj Napoca, d'où nous écrivons. Ça nous a valu de découvrir quelque chose d'extraordinaire, le train en Roumanie. Un vrai spectacle ! Vu de loin, ça ressemble à chez nous. TER neuf, contrôleur à l'air sérieux, en costard. Les ressemblances s'arrêtent là. Une fois entrés, on pose nos affaires comme on peux. On se trouve à côté d'une femme avec ses deux enfants, qui n'arrêteront pas de nous quémander nourriture et argent, et d'essayer de piquer deux trois trucs dans nos bagages. Ils ont d'ailleurs réussi a nous prendre un peu de bouffe sans qu'on ne s'en rende compte. Puis le contrôleur arrive... On lui demande combien on lui doit, il nous regarde et nous demande combien on peux lui donner. On redemande le prix d'un ticket, il nous dit 10 Lei / pers (3 euros), puis se sauve avant qu'on ait pu lui donner quoi que ce soit. A l'arrêt suivant monte un autre contrôleur qui vient nous voir avec son collègue, et là ça se complique. Il nous demande nos passeports, puis combien on est prêts a leur donner... On veut simplement prendre un billet, mais apparemment ça ne marche pas comme ça... On marchande donc, il essaie de nous mettre la pression dans la bonne humeur, et on lui donne 18 Lei et 5 euros. Pendant ce temps notre voisine et ses enfants pourrissent le train avec tout ce qui tombe sous leur main : oeufs frais, gâteaux, mouchoirs... un champ de bataille. Ils voyagent avec un balai et mettent un petit coup de temps en temps. Quand ils partent le wagon où nous sommes est jonché de déchets, et quand les voyageurs montent ils nous trouvent au milieu de tout ça. Quels crados ces français... A un moment, la moitié du wagon derrière nous s'est levé pour s'asseoir a l'avant du même wagon, sans qu'on ne comprenne quoi que ce soit. Pour finir, petite discussion avec une gamine assez marrante. Voyage complètement surréaliste.

train-roumain

Commenter cet article

Georges LIGNIER 06/06/2008 15:16

On a arrosé en Franche-Comté:il y a du monde au courant de votre périple ! Contents de vous voir poursuivre, bonne suite...et on trinquera ferme à Organbi à votre santé !Au plaisir ..Doris et Georges

Julien 16/05/2008 14:16

Salut Simon !
Bon désolé j'ai pas répondu à ton mail pour les ours tout de suite et c'est peut être déjà trop tard... Et en plus j'ai jamais réussi à voir ces sales bêtes en Roumanie (par contre j'ai fait des supers obs en Turquie cet hiver mais je crois pas que tu passes par là...).
Pour la Roumanie, j'avais trouvé pas mal d'indices à la frontière ukrainienne, dans les forêts au nord de Viseu de sus, Maramures. Et sinon, un des meilleurs coins dans le pays semble être un des quartiers de Brasov où plusieurs ours viennent bouffer dans les poubelles tous les soirs. Moi j'ai essayé d'avoir plus d'infos en causant avec les gens là-bas mais j'ai vite fini bourré à la tsuica et j'ai laissé tomber les ours...
Profitez bien
Julien

francoise 14/05/2008 21:46

Salut les cheminots!Après un grand we à Belle-île en mer (où j'ai loué une mob! plutôt kun vélo! la féignante !) je découvre enfin le blog,carmen m'en a parlé...Super !!!je vous envie de voyager dans de si belles campagnes ! libres!!.. la vie simple...koi.On va se régaler à vous voir,à vous lire ...biz.francoise

seb 13/05/2008 10:59

Salut les Rom',
Bon, suis dac' avec Mat', Simon va falloir arrêter de nous balancer des photos de cochevis et tarier, je vais finir par croire que vous êtes dans le fin fond de l'auvergne et que vous vous amusez à déguiser des gamins et papys en Roumains !! Elles sont où les fauvettes épervières en photo ? ;-))
C'est marrant vos expériences dans le train et ça soulage les mollets !
Continuez !! on voyage un peu avec vous, même si ça donne grave envie d'être de la partie...
Un salut des Iles Chausey ! (on fait s'qu'on peut ;-)
Seb

Bib connu sous bertrand 13/05/2008 00:19

Bonjour, bonsoir...bref yo les mecs!
Et bah quel périple et encore ce n'est que le début, d'accord, d'accord..
Deux points:
Le premier: Moi je n'aurai donné que 15 Lei pour le voyage en train, 18 vous vous êtes fais arnaquer!
Le deuxième: si les gens du fond de wagon sont tous allés au même moment vers l'avant, c'est suite à un petit pet nauséabonde, chose courante dans les trains...

Bref, bonne continuation!
gros bécots!
Votre admirateur Bib!